Notre projet pédagogique

Pro Lingua a pour vocation d’organiser des voyages linguistiques et culturels pour mineurs.
Compte tenu de la spécificité de tels séjours, qui se déroulent pour la plupart à l’Étranger, nous mettons en avant un projet pédagogique, auquel se doivent d’adhérer l’ensemble des intervenants de Pro Lingua : l’équipe permanente, les organisateurs sur place, les professeurs de langue, les animateurs bilingues et toutes les personnes impliquées dans nos programmes.

Un environnement différent, mais rassurant.

Un séjour linguistique a pour vocation première l’apprentissage d’une langue sur le terrain. Cela signifie, pour nos participants, qu’ils doivent être ouverts aux autres, échanger et dialoguer, aussi bien avec leurs camarades, qu’avec les adultes qui les entoureront tout au long du séjour.

L’environnement dans lequel ces programmes se déroulent doit être agréable et rassurant. Nous tenons à ce que chacun de nos participants se sente, en quelque sorte, “comme à la maison”, même s’il s’agit d’un temps passé à l’étranger.

Au quotidien, nos équipes se chargent d’assurer la sécurité physique et morale de l’élève. Si celui-ci ne ressent pas cette sécurité, les conditions de l’apprentissage ne sont pas réunies.

Cela passe par plusieurs aspects essentiels : des repères stables, des activités variées, un suivi du bien-être de l’enfant dans son quotidien. Pro Lingua estime que la diversité, au sein d’un groupe d’enfants, est un facteur d’enrichissement pour chacun d’eux.

La même attention pour chaque enfant. 

Nous considérons chaque enfant comme un adulte en devenir. Ses parents nous le confient, et leur attente est forte. Ils comptent sur nous pour participer, pendant un temps, à son éducation et intervenir dans la façon dont il se construit.

Quelques points essentiels. 

La laïcité : il est indispensable de considérer la richesse et la diversité de nos participants comme un facteur essentiel de la réussite d’un programme et de l’épanouissement de l’enfant, en tant que personne, au sein de son groupe. Nous refusons, cela va de soi, toute forme de rejet de l’autre. Nous respectons, et attendons que soient respectées, mais aussi dépassées, les différentes composantes idéologiques, culturelles et religieuses. C’est ainsi que l’on peut construire, ensemble, un séjour réussi et une expérience enrichissante pour tous.

La solidarité : aspect essentiel du vivre-ensemble, cette idée-forte doit favoriser les projets communs et les réussites collectives. Les progrès en langue étrangère et l’enrichissement culturel passent aussi par là. 

La responsabilité : pendant les visites, durant les activités, dans leurs relations quotidiennes avec leurs hôtes ainsi qu’avec leurs camarades, nos participants sont encouragés à agir toujours en connaissance de cause, à mesurer les conséquences de leurs actes, dans le respect des droits et des devoirs de tous. Le rôle des encadrants est, sur ce plan également, déterminant.

Un rythme de vie harmonieux. 

Les intervenants de Pro Lingua sont sensibilisés à la nécessité d’offrir aux enfants un rythme de vie équilibré, où alternent les moments actifs et les temps de repos. En collectivité, l’objectif est d’assurer un environnement stable et paisible, notamment pour le coucher, le lever et les repas.

Les repas

La nourriture doit être variée, en quantité suffisante et adaptée à l’âge des élèves. Malgré les contraintes de la vie moderne, les moments réservés au regroupement familial gardent leur importance. Nous sommes attentifs à la qualité des repas, qu’ils aient lieu dans le cadre d’un séjour résidentiel ou d’un séjour en famille. A cela s’ajoute le fait que, dans un séjour à l’étranger, les repas présentent un intérêt sur le plan culturel : l’occasion, pour les jeunes, de découvrir d’autres habitudes, d’autres manières de faire, de préparer, de servir. Cela n’empêche pas, bien entendu, que les goûts de l’enfants puissent eux-mêmes être pris en compte.

L'environnement

Pendant la durée du séjour, les enfants n’évoluent plus dans leur environnement habituel. Nous devons favoriser l’adaptation des participants à ce nouveau cadre, à travers des activités favorisant les rencontres et la découverte du patrimoine des pays et lieux visités.

La discipline

Le respect des règles de vie de groupe, lors d’un séjour de vacances, est une composante indispensable à sa réussite. La détention ou la consommation de drogues, la détention ou la consommation d’alcool, le vol, la brutalité physique ou verbale, l’agressivité envers un autre camarade ou envers un adulte, le non-respect des consignes, l’usage de l’auto-stop, ne peuvent pas être tolérés. Notre objectif est de prévenir les mauvais comportements, de protéger le groupe dans son ensemble, et, s’agissant des jeunes dont le comportement pose problème, de trouver les réponses appropriées. Nous agissons en coordination avec les organisateurs locaux, avec les collectivités auxquelles les jeunes se rattachent, le cas échéant, et avec leurs parents.

Après avertissement, le renvoi en France peut être décidé; les modalités du retour sont alors mises en place, en rapport avec les parents et, le cas échéant, l’organisme dont ils dépendent. Les frais (billet de retour, accompagnement éventuel) sont à la charge des parents. 

Les relations avec la famille

Quand un mineur part en vacances, la séparation avec sa famille peut être, notamment dans les premiers jours, un facteur d’inquiétude. Mais cette séparation s’inscrit dans le cadre du processus d’autonomisation progressive du jeune. Il s’agit donc, pour nous, de trouver un juste équilibre. Une adaptation réussie exige que le participant puisse avoir des moment durant lesquels il soit à même de communiquer avec ses parents. Nous mettons en place les moyens d’un échange régulier “enfants-parents” “Pro Lingua-parents” ainsi que, le cas échéant, “Pro Lingua-collectivité”.

Les cours de langue

Le choix pédagogique est celui de cours donnés par des enseignants de langue maternelle (sauf exceptions motivées) selon des méthodes actives, à caractère ludique, recherchant l'implication et la participation des élèves et s’appuyant sur la “mise en situation”.
Les séjours linguistiques ont en effet l’avantage évident de pouvoir fournir au projet d’enseignement, très directement et sur le terrain, une matière vivante et concrète, qui permet de construire l’échange linguistique sur une réalité immédiate, de créer, motiver et justifier les besoins d’expression et de compréhension par cette réalité même, d’en tester les productions sur la situation vécue et, finalement d’appuyer l’apprentissage sur l’environnement réel.

Quelle que soit la formule de séjour qui est choisie (séjour classique en famille, collège ou résidence internationale, One to One, classe 4, spécial-rentrée, etc...) l’apport linguistique n’est pas limité au cours. Il y a les rencontres, les activités et les ateliers, les excursions à but touristique et culturel; et il y a, bien sûr, les échanges quotidiens et spontanés avec les famille-hôtesses, avec les animateurs locaux, les instructeurs sportifs, les organisateurs ou les participants venus d’autres pays. Toutes ces occasions peuvent et doivent contribuer à susciter la curiosité et la motivation, à créer et à développer l’envie de communiquer. Apprendre, découvrir, se divertir et progresser sont indissociables. 

Les séjours linguistiques : un complément par rapport à l'école

Pour ces raisons, les voyages linguistiques trouvent leur justification dans le fait même qu’ils sont un complément par rapport à l’apprentissage de la langue étrangère en primaire, au collège ou au lycée. Ils ne remplacent pas l’école, ils ne répètent pas ce qui s’y fait; ils s’y ajoutent et permettent une approche différente de la langue étudiée.

Le jeune est face à cette langue vivante, telle qu’elle est parlée dans le pays visité; il se rend compte qu’elle s’inscrit dans un ensemble humain, géographique et culturel : un pays, une région qu’il apprend à découvrir, parmi ceux qui parlent naturellement cette langue.

Au début, l’élève ne comprend pas tout; parfois il se dit qu’il ne comprend rien! Mais, très vite, après quelques jours, il commence à se repérer, à y voir un peu plus clair, à saisir, à pratiquer, puis à progresser. Et très souvent, malgré les erreurs et les hésitations, entraîné par le mouvement, il y prend plaisir.